logo Paris Sciences et Lettres
 
"Très honorés collègues,…"

Cette lettre, ou brouillon de lettre, de la main de Hendrik Antoon Lorentz, est sans date. Cela étant, elle concerne l’établissement d’un classement des demandes de subsides, et fait référence à l’année précédente. Il est donc permis de supposer qu’il s’agit des subsides de l’année 1913, ce que confirment les nominations de Gustav Hertz (subside en 1913 et prix Nobel en 1925) et C. Chéneveau (une lettre d’août 1913 accuse réception de la notification officielle de son attribution de subsides conservée sous la cote L10/199 ). Lorentz porte ici à la connaissance du Comité scientifique des remarques de Ernest Rutherford et Marcel Brillouin concernant les attributions de subsides, et les demandes particulières de Hupka et Müller, Gockel et Martin Lowry. Il propose également deux tableaux de résumé des avis des membres du Comité sur les subsides à attribuer et leurs montants (A et B).

Il faut souligner le fait remarquable que 80 000 francs sont attribués entre 1912 et 1914 pour une quarantaine de projets de recherches, dont six sont à l’origine de l'obtention de prix Nobel (Charles G. Barkla, Max von Laue, Henry G. J. Moseley, James Franck et Gustav Hertz, William L. et William H. Bragg). Ce rôle de soutien de la recherche en train de se faire assumé par l'Institut de physique Solvay, par opposition à la Fondation Nobel qui couronne les résultats de travaux effectués, est à l'époque totalement inédit et aura une implication considérable sur la physique de la première moitié du XX ème siècle.