logo Paris Sciences et Lettres
 
"Rapport sur l'emploi de la subvention accordée par l'Institut international de Physique Solvay"

Ici, le compte-rendu de l’utilisation des subsides obtenus par Georges-Gustave Millochau, aide astronome à l’Observatoire de Paris, sur l’exercice 1913. Ce document, relié par une couture blanche sur la pliure, rend compte avec force détails de la manière avec laquelle il a pu se procurer les instruments, et dans quels délais, ainsi que la manière avec laquelle il en a fait usage. Il fait également le point sur les différences entre ses prévisions originelles et le coût réel. Une photographie d’instrument, aujourd'hui manquante, était jointe également. Millochau conclut par l’ouverture sur de possibles recherches futures grâce au soutien de l’Institut.

L’ensemble du dossier dont fait partie cette lettre comprend sept documents (bordereau de situation et factures justificative L12/65-1 à L12/65-7).

L'attribution de subsides pour la recherche expérimentale est une des missions principales de l'Institut international de Physique Solvay. Il faut souligner le fait remarquable que 80 000 francs sont attribués entre 1912 et 1914, pour une quarantaine de projets de recherches, dont six à l’origine de l'obtention de prix Nobel (Charles G. Barkla, Max von Laue, Henry G. J. Moseley, James Franck et Gustav Hertz, William L. et William H. Bragg). Ce rôle de soutien de la recherche en train de se faire assumé par l'Institut de physique  Solvay, par opposition à la Fondation Nobel qui couronne les résultats de travaux effectués, est à l'époque totalement inédit et aura une implication considérable sur la physique de la première moitié du XX ème siècle.

Les demandes sont examinées par les membres du Comité par le biais de la rédaction d’une note, puis par la proposition d’un classement général. Les choix sont définitivement débattus dans un second temps. Les lauréats sont tenus de faire un compte rendu ou bilan de situation sur l’utilisation des subsides un an après l’attribution.