logo Paris Sciences et Lettres
 
L'Institut international de Physique Solvay : archives et correspondance
Collège de France
ESPCI Paris
En 1927, Paul Langevin, professeur au Collège de France et à l’École de physique et de chimie industrielles de Paris, succède à Hendrik-Antoon Lorentz à la Présidence des Conseils internationaux de Physique Solvay. Une grande partie des documents portant sur l’organisation des premiers Conseils est ainsi transférée au secrétariat du nouveau Président.

Ces documents s’ajoutent à ceux produits sous la présidence de Langevin au cours des années suivantes. Après la mort du savant, le fonds Langevin, qui rassemble un grand nombre de ses papiers, dont plusieurs dossiers sur les Conseils de Physique Solvay, est déposé par ses enfants à l’École supérieure de physique et de chimie industrielles où il est conservé aujourd’hui. Le corpus de documents numérisé ici présente une sélection de ces archives. Les documents sous droits qui n’ont pas été retenus à la numérisation peuvent être consultés au Centre de ressources historiques de l’ESPCI. La collection digitalisée comporte également un grand volume datant du premier Conseil (1911), conservé au Collège de France, et qui contient l'intégralité des rapports présentés à cette occasion. Ce volume, un des seuls exemplaires de compilation conservés, est appelé "Volume Brillouin", en raison d'annotations manuscrites attribuées à Marcel Brillouin, présent à Bruxelles en 1911. Le premier Conseil, intitulé "La théorie du rayonnement et les quantas", voit naître le débat autour des théories quantiques dont l'évolution marque toute la première moitié du XXème siècle.

L’ensemble de ces fonds est complémentaire des documents restés aux Instituts Internationaux Solvay à Bruxelles et contenus dans les fonds d'archives individuels des différents participants aux Conseils et à l'Institut international de physique Solvay. Un autre volume précieux non numérisé contenant les notes prises pendant le Conseil de 1911 est par ailleurs conservé dans le fonds « Maurice de Broglie » aux archives de l’Institut de France.