logo Paris Sciences et Lettres
 

Dessiner les sciences du vivant : le projet Cytopic

Quelles ressources le dessin offre-t-il pour la transmission des sciences ? Découvrez le projet Cytopic, lauréat de l’appel à projets « Aux frontières des Labex » de PSL, met en relation dessin et biologie cellulaire. Spécialiste du dessin, de l’image en mouvement et du récit scientifique grand public, Renaud Chabrier (EnsadLab-PSL) présente les enjeux de cette collaboration avec trois chercheurs de l’Institut Curie (membre de PSL) : Carsten Janke, Matthieu Piel et Ana-Maria Lennon-Dumenil.

PSL-Explore_Focus_Cytopic_Cytomembrane

 

Science et dessin

Jusqu’au début du XXème siècle, le dessin faisait partie des outils du chercheur, tout particulièrement dans les sciences du vivant. Depuis, d’autres techniques de création d’image se sont imposées, au premier rang desquelles la photographie.

Pourtant, l’association entre science et dessin connait aujourd’hui un fort regain d’intérêt.

L'image ci-contre présente la migration de cellules cancéreuses dans une matrice de collagène. Matrix invasion by tumour cells: a focus on MT1-MMP trafficking to invadopodia, R. Poincloux, F. Lizárraga and P. Chavrier, Journal of Cell Science 122, 3015-3024, 2009.

 

 

 

 

Bandes dessinées, BD-blogs ou vidéos animées en ligne se multiplient, tandis que la muséographie utilise de plus en plus le dessin sous forme fixe ou animée.

Quelle que soit la technique utilisée, le dessin redevient un moyen privilégié de rendre accessible le propos des scientifiques à un large public.
Comment expliquer ce retour ?

Animation ci-contre : Squelette de cachalot en mouvement exposé près du squelette conservé au Muséum d'histoire naturelle de Lille, 2007.

 

 

Le dessin face à la crise des représentations scientifiques 

Le développement des sciences a abouti à un tel niveau de spécialisation que les experts de disciplines proches peinent souvent à communiquer entre eux, ou à présenter leurs travaux communs. Une partie de ce problème s’explique par l’emploi de deux types d’images :

- Des photographies ou des visualisations de données 3D. Ces images peuvent être belles et riches d’information, mais seuls les experts sont capables d’en extraire les informations pertinentes. Aujourd’hui, l’importance considérable des données tridimensionnelles accentue le problème.

- Des schémas, c’est-à-dire des figures en 2D : l’information y est trop abstraite, plate ou ambigüe pour fournir un bon support de compréhension au non-spécialiste.

PSL-Explore_focus_Cytopic_microscopiePSL-Explore_focus_Cytopic_schéma

Images ci-dessus : Visualisation microscopique du cytosquelette par fluorescence, équipe Janke, Institut Curie (à gauche). Description schématique du rôle du cytosquelette dans la division cellulaire, équipe Janke, Institut Curie (à droite). 

 

PSL-Explore_Focus_Cytopic_Micemico

 

 

Le dessin, qui n’obéit pas aux mêmes règles que les images décrites précédemment, permet de trouver un meilleur équilibre entre la présentation des phénomènes et leur abstraction.

Les outils de dessin redeviennent alors pertinents pour le grand public, et sans doute pour les chercheurs eux-mêmes.En effet, le dessin pourrait aider ces derniers à mieux appréhender l’espace et les échelles dans lesquelles s’organisent les phénomènes qu’ils étudient.

Comme le suggère le travail pionnier de David GoodSell, ceci concerne particulièrement la biologie moléculaire.

 

Image ci-contre : Dessin de présentation du projet MICEMICO pour les financements Inabiosanté et ANR (2009) . En introduction du dossier, ce dessin servait à montrer comment s’organisent la mobilité des cellules cancéreuses et celle des cellules du système immunitaire. Il a ensuite servi dans de multiples présentations.

 

 

 

Le projet Cytopic

Depuis dix ans, nous constatons la pertinence du dessin en sciences, dans des réalisations de médiation avec la Cité des Sciences autant qu’au sein des équipes de recherche à l’Institut Curie.

Dans le projet Cytopic, c’est le potentiel spécifique du dessin sur papier qui est à l’étude, dans le domaine de la biologie cellulaire. Soutenu par PSL, ce projet vise à faire intervenir le dessin en amont dans le processus de recherche et de transmission.

Nous conservons le double objectif de transmission au grand public et de facilitation du travail des chercheurs.

Le projet conduira à deux réalisations majeures : une collection d’ouvrages intitulée Globule et un roman graphique sur le cytosquelette. 

Exemple de l'utilisation du dessin pour la diffusion des sciences, le film « La vie héroïque des cellules dendritiques » explique les déplacements et le rôle des cellules dendritiques (équipe de Mathieu Piel, Institut Curie, avec le soutien des labex CelTisPhyBio et DCBiol). Il a remporté le concours Cell Dance 2016 de l'American Society for Cell Biology.

 

 

PSL-Explore_Focus_Cytopic_Globule

Globule, une enquête chez les cellules

Dans les articles scientifiques, les images sont nettement séparées du texte. À l’inverse, dans les albums pour enfants, la relation entre texte et image est libre.
Pourquoi ne pas adapter cette liberté au propos scientifique ?

Le magazine La Hulotte, par exemple, effectue cette synthèse avec succès : dans chaque numéro, la vie d’un animal ou d’une plante est racontée de son point de vue. Le discours scientifique, accessible aux plus jeunes, et les dessins, naturalistes ou de bande dessinée, se complètent dans une composition graphique souple.

Avec Matthieu Piel et Ana-Maria Lennon (Institut Curie), nous travaillons dans le même esprit à une collection de livres consacrée aux cellules et accessible dès 12 ans.

Le premier numéro de Globule sera disponible fin 2017, en parallèle de l’ouverture de l’exposition Pasteur au Palais de la Découverte. Il abordera l’histoire de la cellule dendritique, qui joue un rôle majeur dans les mécanismes immunitaires et dans les processus de vaccination. 

Ci-contre : projet de couverture pour le premier numéro de Globule. Ci-dessous : une planche de Globule.

 

 

PSL-Explore_Focus_Cytopic_Globule_roman

 

Un roman graphique : exploration du cytosquelette

Nous entamons actuellement la deuxième phase de notre projet pour nous concentrer sur la réalisation d’un roman graphique sur le cytosquelette, ce réseau complexe de filaments qui permet aux cellules de se structurer, de s'organiser et de se mouvoirMalgré l'explosion des biotechnologies et l'importance du cytosquelette, son existence reste quasiment inconnue du grand public. Comment le dessin peut-il aider à rendre ce sujet plus abordable ?

 

PSL-Explore_Focus_Cytopic_EMBO

 

 

L’un des principaux enjeux de ce roman graphique sera de mobiliser et retranscrire l’imaginaire que les chercheurs développent dans leur travail scientifique.

Pour cela, nous avons mené une enquête préliminaire à l’écriture du scénario, durant la conférence intitulée « Microtubules : from atoms to complex system », organisée à l’occasion des 50 ans de la découverte de la tubuline, un des composants du cytosquelette. Ce symposium encadré par Carsten Janke à l’EMBL (Laboratoire européen de biologie moléculaire à Heidelberg, Allemagne) a réuni environ 400 spécialistes du domaine. Nous avons opté pour une approche originale : dessiner le congrès et ses participants.

 

 

Dans ce contexte, le rôle du dessinateur est d’observer et dessiner les gestes et postures des chercheurs pour s’imprégner du rapport qu’ils entretiennent avec leur sujet. 

Ce travail exigeant s’inspire de techniques de croquis du mouvement dansé. Il se rapproche aussi de la démarche d’enquête en anthropologie, puisque le dessinateur se familiarise ainsi avec un milieu relativement étranger.

Image de gauche : poster réalisé à partir des croquis de la conférence EMBO Microtubules 2016.

 

 

 

 

Le dessin en laboratoire

Au cours des deux prochaines années, Cytopic va continuer d’expérimenter l’utilisation du dessin dans la transmission scientifique, pour s’adresser au grand public, accompagner l’enseignement des sciences du vivant au collège, compléter un enseignement universitaire, ou encore enrichir les pratiques de laboratoire.

Nous espérons établir que le renouvellement de la transmission scientifique implique une compréhension réinventée du dessin.

Pour travailler de façon efficace sur le roman graphique, une salle dédiée est en cours d’aménagement dans le laboratoire dirigé par Carsten Janke (Institut Curie). En travaillant sur place, Renaud Chabrier familiarisera l’équipe aux différentes techniques de dessin applicables à la biologie. Publications et communications marqueront les étapes de ce travail.

Ci-contre : Naissance du cerveau, un film de vulgarisation scientifique sur le développement du cerveau lors de la vie embryonnaire. © Cité des sciences et de l’industrie/Universcience 2014

 

Auteur du focus : Renaud Chabrier.
Le projet Cytopic est une collaboration entre Renaud Chabrier (EnsadLab-PSL), Carsten Janke (Institut Curie/CNRS UMR3348/PSL/Labex Celtisphybio), Matthieu Piel (Institut Curie/CNRS UMR144/PSL/Institut Pierre Gilles de Gennes) et Ana-Maria Lennon-Dumenil (Institut Curie/INSERM U932/PSL/Labex DCBiol).

 

Lexique 

Cytosquelette : réseau filamenteux situé dans la cellule. Il lui confère des propriétés mécaniques indispensables telles que l’implication dans la structure de la cellule, la capacité de migration ainsi que le transport dynamique.

Microtubule : fibre constitutive du cytosquelette impliquée notamment dans le maintien de la structure cellulaire.

 

 

1 Commentaires

Racquelea
Major thanks for the article.
show all comments

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour vérifier si oui ou non vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.