logo Paris Sciences et Lettres
 

Le patrimoine à PSL, de Louis XIV aux Arts déco

Paris Sciences & Lettres rassemble des établissements d'intérêt patrimonial majeur. À l'occasion des Journées européennes du patrimoine, Jean-Michel Leniaud, directeur d'études à l'École pratique des hautes études et ancien directeur de l'École nationale des chartes (toutes deux membres de PSL), présente les établissements qui participent à l'événement.

 

PSL_PSL-Explore_focus_patrimoine_Beaux-ArtsBeaux-Arts de Paris

Les bâtiments actuels ont été construits à partir de 1819 par les architectes François Debret et Félix Duban, à l’emplacement du couvent des Petits-Augustins. Il subsiste, entre autres, de ce dernier la chapelle dans laquelle Alexandre Lenoir exposait le musée des Monuments français sous l’Empire. On trouve quelques vestiges des collections dans la cour d’honneur.

En 1883, l’École achète l’hôtel de Chimay, quai Malaquais. Elle en transforme les intérieurs pour y installer des ateliers. Après 1945, Auguste Perret construit trois nouveaux étages d’ateliers.

Les Beaux-Arts de Paris possèdent de riches collections : dessins, peintures, sculptures, moulages, incunables, gravures. L’ensemble des collections est accessible sur la base Cat’zarts et Cat’zarts livres.

Ci-contre : Vue de la cour intérieure des Beaux-Arts de Paris. Crédits : Steve Murez. Les Beaux-Arts de Paris, tous droits réservés.

 

 

PSL_PSL-Explore_focus_patrimoine_ESPGG

École supérieure de physique et chimie industrielle de la Ville de Paris

Créée sur l’initiative de Charles Lauth, industriel alsacien, l’École a pris son nom actuel en 1948. Elle compte 6 prix Nobel, dont Pierre et Marie Curie (1903) et Georges Charpak, le plus récent (1992). Les premiers travaux d’aménagement datent de 1900-1903, sous la direction des architectes François-Albert Allain et Charles Heubès. D’importants travaux vont commencer en 2018 et dureront jusqu’en 2022.

Les collections scientifiques de l’École sont considérables : archives de Paul Langevin, Pierre-Gilles de Gennes, Pierre Biquard, Georges Champetier etc. De nombreux instruments scientifiques sont exposés dans l’Espace Pierre-Gilles de Gennes : en particulier, les appareils de Pierre et Marie Curie pour la découverte de la radioactivité, les spectrographes de Charles Féry et la pompe à vide de Fernand Holweck. La Bibliothèque rassemble quant à elle 30 000 volumes.

L'Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes, ci-contre, est l'espace de diffusion de la culture scientifique et technique de l'ESPCI Paris et PSL. Crédits : ESPGG - Stéphane Querbes.

 

PSL_PSL-Explore_focus_patrimoine_Ecole des chartes_65Richelieu

École nationale des chartes

Entre 1897 et 2014, l’École des chartes se trouvait à la Sorbonne. Depuis, elle occupe le 65, rue de Richelieu, face à la BnF. Le bâtiment a été construit en 1929 par les architectes Fernand Leroy et Jacques Cury pour une manufacture de toiles de Jouy et les ferronneries de l’immeuble sont l’œuvre de Raymond Subes. On doit à ces mêmes architectes le « Paquebot », immeuble du Figaro, 37, rue du Louvre.

À droite : Façade de l'École nationale des chartes, tous droits réservés. Ci-dessous : Étudiants travaillant à la bibliothèque. Crédits : Jean-Christophe Ballot, École nationale des chartes.

 

PSL_PSL-Explore_focus_patrimoine_Ecole des chartes_Bibliothèque

 

La Bibliothèque est installée, de l’autre côté de la rue, dans l’aile des Petits-Champs de l’ancienne Bibliothèque nationale. L’architecte Labrouste, sous le Second Empire, avait consacré à la mémoire de Voltaire la rotonde qui en forme le coin. On y trouve aujourd’hui les livres anciens et précieux de la Bibliothèque dans un décor restauré par les Monuments historiques.

 

 

PSL_PSL-Explore_focus_patrimoine_Ecole des Mines

École des mines

L’hôtel de Vendôme abrite l’École des mines depuis 1815. Sous l’Ancien Régime, il appartenait aux chartreux du Luxembourg qui le mettaient en location. Des travaux d’agrandissement sont entrepris pendant la monarchie de Juillet par l’architecte Duquesney. De nouveaux travaux sont rendus nécessaires par le percement du boulevard Saint-Michel vers 1860.

La bibliothèque rassemble un ensemble considérable d’ouvrages sur la géologie, la minéralogie et la métallurgie. La collection de minéralogie, créée en 1794, rassemble des échantillons saisis à l’époque, en particulier ceux de Lavoisier. On y trouve aussi des gemmes provenant des Joyaux de la couronne : entre autres, des éléments pour la parure de l’impératrice Marie-Louise et pour la couronne de Napoléon III.

Ci-contre : Bâtiment et jardin en automne. Crédits : MINES ParisTech, tous droits réservés.

 

 

PSL_PSL-Explore_focus_patrimoine_Musee_CurieMusée Curie

Le Musée Curie occupe le rez-de-chaussée du pavillon Curie de l’ancien Institut du radium.

Rénové en 2012 sur l’intervention de l’architecte Philippe de Podestad, il présente l’histoire de la radioactivité, les découvertes des couples Curie et Joliot-Curie, et les recherches du Dr Regaud sur les utilisations médicales des rayonnements dans le traitement des cancers.

Ci-contre : Anciens appareils sur des tables. Musée Curie, tous droits réservés.

 

PSL_PSL-Explore_focus_patrimoine_Musee Curie_bureau

 

Quatre thèmes sont développés :   

  1. « La Famille aux cinq Nobels » ;
  2. « Radium, entre mythe et réalité » ;
  3. Le laboratoire Curie, avec des objets personnels de Marie Curie, son bureau de travail en particulier ;
  4. La Fondation Curie, les soins contre les cancers et le développement de la radiothérapie.

Ci-contre : Bureau massif en bois. Crédits : Musée Curie, tous droits réservés.

En 2015, les collections ont été enrichies du fonds Ève Curie, 300 ouvrages, et de 2 000 documents photographiques de la Fondation Curie et du Laboratoire Pasteur.

 

 

 

Commentaires

show all comments

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour vérifier si oui ou non vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.